À propos

INTITULÉ DU SÉMINAIRE :

Aristotelis peri ideôn

RESPONSABLES :

Michel CRUBELLIER & Leone GAZZIERO

COORDONNEES :

UMR 8163 “Savoirs, Textes, Langage” (STL)
Université de Lille 3 – Bâtiment B
Rue du Barreau – BP 60149
59653 Villeneuve d’Ascq Cedex (France)

Salle Danielle Corbin (B1.661)

SEANCES (2015) : jeudi 17 septembre (12h30 – 14h30),  15 octobre (12h30 – 14h30), 26 novembre (12h30 – 14h30),  17 décembre (12h30 – 14h30).

SEANCES (2016) : jeudi 14 janvier (12h30 – 14h30), jeudi 25 février (12h30 – 14h30), jeudi 31 mars (12h30 – 14h30), vendredi 29 avril (12h30 – 14h30), jeudi 19 mai (12h30 – 14h30).

JOURNEES D’ETUDES (2016) : jeudi 16 (14h-18h) – vendredi 17 juin (9h-13h)

DESCRIPTIF :

S’il existe une « métaphysique » aristotélicienne – et il y a de bonnes raison de penser qu’en l’occurrence la chose précède le nom – la question de savoir s’il y a des Formes et de quelle manière elles existent constitue l’un des principaux problèmes qu’elle a soulevés, résolus à sa façon et légués, en tout cas, à une très longue et illustre postérité. Tout difficiles à cerner qu’elles soient par ailleurs, les vues d’Aristote en la matière sont solidaires d’un rejet – à l’occasion brutal – des Idées de Platon. Or, si le peu de sympathie d’Aristote pour cette doctrine ne fait guère de doutes, il n’est pas toujours évident de savoir quels étaient ses griefs à son encontre et jusqu’à quel point il a rendu justice aux arguments que les partisans des Idées avançaient en faveur de leur existence. Tel est notamment le cas de la pièce maîtresse de ce dossier, le réquisitoire qu’on peut lire – à quelques variations mineures près – dans les livres A et M des Métaphysiques. De fait, ce dernier se caractérise à la fois par une allure récapitulative et un style laconique ; il présuppose surtout une remarquable familiarité avec les éléments d’un débat qu’il serait malaisé de reconstituer exclusivement sur la base des vestiges qu’il a laissés dans les écrits d’école d’Aristote. D’où l’intérêt qu’une source quasi-canonique – le Peri ideôn – ne peut que susciter dans la mesure où Aristote y abordait – en quelque détail il faut croire – les problèmes de savoir s’il y a des Idées, s’il est possible de démontrer qu’elles existent ou encore si les preuves à cet effet ont toutes la même valeur.

La finalité première du séminaire est donc de procéder à une nouvelle instruction du dossier – très complexe et passablement controversé – du statut et de l’étendue des fragments de ce texte majeur de l’Aristote perdu. Si depuis les travaux pionniers de C.A. Brandis, V. Rose, L. Robin, H. Karpp, P. Wilpert, H. Cherniss, S. Mansion et G.E.L. Owen, on s’accorde pour reconnaître au Peri ideôn une importance primordiale dans la définition des enjeux de la critique aristotélicienne des « Idées de Platon », les spécialistes ne se cachent point que pour de nombreuses questions portant aussi bien sur son contenu que sur ses rapports avec d’autres pièces du corpus aristotélicien nous sommes loin de disposer de réponses satisfaisantes.

Une autre priorité du séminaire sera de reconstituer, d’une part, les réseaux d’arguments qu’Aristote prêtait à ses adversaires et, d’autre part, les objections par lesquelles il comptait les mettre en échec : les deux – arguments et contre-arguments – seront analysés pour eux-mêmes et comparativement, c’est-à-dire dans leurs occurrences au sein du corpus aristotélicien et dans d’autres sources contemporaines et issues de la tradition des commentateurs de l’Antiquité tardive.

Le format que le séminaire prendra est double : il débutera en septembre 2015 et se déroulera à la fois comme un atelier de traduction et comme un séminaire de discussion en raison d’une séance de deux (ou trois) heures par mois (le jeudi après-midi a reçu les préférence des participants, consultés au moyen d’un doodle ad hoc).

Il est prévu également que la première année du séminaire s’achève par deux journées d’étude en juin 2016. Que ce soit au cours de l’année ou à l’occasion des journées d’études qui seront organisées au mois de juin 2016, le séminaire réunira trois générations de chercheurs qui, au cours des derniers quarante ans, se sont intéressés au Peri ideôn d’Aristote et à son principal témoin, Alexandre d’Aphrodise.

Les communications présentées au cours de l’année et aux journées d’études seront publiées dans un ouvrage collectif (numéro thématique de revue ou actes de colloque).  Ensemble, les séances de lecture et commentaire, les journées d’étude ainsi que la publication des contributions aux travaux du séminaire viendront combler une lacune importante dans le paysage des études d’Aristote et de la tradition aristotélicienne. De fait, il faut remonter assez loin pour retrouver une initiative semblable (en 2005-2007, à l’Université d’Edinburgh) et, surtout, il n’y a pas de numéro thématique de revues ou d’actes de colloques spécialement consacrés au sujet du séminaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *