Archives pour la catégorie Billets

Séance du 26 nov. 2015, 12h30

Séance du 26 nov. 2015, 12h30,  Salle Corbin STL

Lecture suivie du début du chapitre 9 du livre A des  Métaphysiques d’Aristote (traduction et commentaire de Michel Crubellier; traduction alternative des lignes Met., A, 9, 990b 15-17: ἔτι δὲ οἱ ἀκριβέστατοιτῶν λόγων [16] οἱ μὲν τῶν πρός τι ποιοῦσιν ἰδέας, ὧν οὔ φαμεν εἶναι καϑ’ [17] αὑτὸ γένος, οἱ δὲ  τὸν τρίτον ἄνϑρωπον λέγουσιν et commentaire de Leone Gazziero).

Deux textes de la bibliographie  seront discutés en particulier :

G. Fine, « Aristotle and the More Accurate Arguments », dans M. Schofield et M. Craven Nussbaum (éd.), Language and Logos, Cambridge, Cambridge University Press, 1982, p. 155-177.

F.Trabattoni,  « Aristotele, la teoria delle idee di Platone e gli “argomenti più rigorosi” », dans L. Cardullo (éd.), Il libro Alpha della Metafisica di Aristotele tra storiografia a teoria, Catania, Cuecm, 2009, p. 97-113.

 

Voir le document qui sera distribué au début de la séance. Il s’agit d’une petite note d’interprétation consacrée à deux lignes bien connues du chapitre 9 du livre A des Métaphysiques dont nous poursuivrons et, idéalement, achèverons la lecture entamée au cours de la dernière séance. En deux mots, vous y trouverez quelques considérations grammaticales et exégétiques en faveur d’une traduction non-standard d’Aristotelis metaphysica, O. Primavesi (éd.), dans C. Steel (éd.), Aristotle’s Metaphysics Alpha. Symposium Aristotelicum, Oxford, Oxford University Press, 2012, A, 9, 990b 15-17 :

« ἔτι δὲ οἱ ἀκριβέστατοι τῶν λόγων [16] οἱ μὲν τῶν πρός τι ποιοῦσιν ἰδέας, ὧν οὔ φαμεν εἶναι καϑ’ [17] αὑτὸ γένος, οἱ δὲ  τὸν τρίτον ἄνϑρωπον λέγουσιν »

« de plus, les arguments les plus rigoureux tantôt produisent des Idées de relatifs, dont nous disons que le genre n’est pas par soi, tantôt entraînent le troisième homme ».

Séance du 15 octobre : 12h30, Salle Corbin

Contenu de la séance du 15 octobre :

12h30-13h30 : « Alexandre comme source textuelle pour l’édition d’Aristote »,  intervention de Silvia Fazzo (Università della Calabria)
13h30-14h30 : Lecture suivie du début du chapitre 9 du livre A des  Métaphysiques d’Aristote (traduction et commentaire de Michel Crubellier)

Bât. B, salle Danielle Corbin (B1.661)

Un certain nombre de textes nous aideront à instruire ce dossier et nous serviront à la fois de fil conducteur et de passerelle vers les sections correspondantes dans le commentaire d’Alexandre d’Aphrodise (cf.,  notamment, D. Frede (2012), F. Fronterotta (2001), ainsi que et surtout Lefebvre (2008)). Pour rappel : ces textes figurent dans la bibliographie qui se trouve à cette page.

Aristotelis Peri Ideôn

INTITULÉ DU SÉMINAIRE :

Aristotelis peri ideôn

RESPONSABLES :

Michel CRUBELLIER et Leone GAZZIERO

COORDONNEES :

UMR 8163 “Savoirs, Textes, Langage” (STL)
Université de Lille 3 – Bâtiment B
Rue du Barreau – BP 60149
59653 Villeneuve d’Ascq Cedex (France)

Salle Danielle Corbin (B1.661)

SEANCES (2015) : jeudi 17 septembre (12h30 – 14h30),  15 octobre (12h30 – 14h30), 26 novembre (12h30 – 14h30),  17 décembre (12h30 – 14h30).

SEANCES (2016) : jeudi 14 janvier (12h30 – 14h30), jeudi 25 février (12h30 – 14h30), jeudi 31 mars (12h30 – 14h30), vendredi 29 avril (12h30 – 14h30), jeudi 19 mai (12h30 – 14h30).

JOURNEES D’ETUDES (2016) : jeudi 16 (14h-18h) – vendredi 17 juin (9h-13h)

DESCRIPTIF :

S’il existe une « métaphysique » aristotélicienne – et il y a de bonnes raison de penser qu’en l’occurrence la chose précède le nom – la question de savoir s’il y a des Formes et de quelle manière elles existent constitue l’un des principaux problèmes qu’elle a soulevés, résolus à sa façon et légués, en tout cas, à une très longue et illustre postérité. Tout difficiles à cerner qu’elles soient par ailleurs, les vues d’Aristote en la matière sont solidaires d’un rejet – à l’occasion brutal – des Idées de Platon. Or, si le peu de sympathie d’Aristote pour cette doctrine ne fait guère de doutes, il n’est pas toujours évident de savoir quels étaient ses griefs à son encontre et jusqu’à quel point il a rendu justice aux arguments que les partisans des Idées avançaient en faveur de leur existence. Tel est notamment le cas de la pièce maîtresse de ce dossier, le réquisitoire qu’on peut lire – à quelques variations mineures près – dans les livres A et M des Métaphysiques. De fait, ce dernier se caractérise à la fois par une allure récapitulative et un style laconique ; il présuppose surtout une remarquable familiarité avec les éléments d’un débat qu’il serait malaisé de reconstituer exclusivement sur la base des vestiges qu’il a laissés dans les écrits d’école d’Aristote. D’où l’intérêt qu’une source quasi-canonique – le Peri ideôn – ne peut que susciter dans la mesure où Aristote y abordait – en quelque détail il faut croire – les problèmes de savoir s’il y a des Idées, s’il est possible de démontrer qu’elles existent ou encore si les preuves à cet effet ont toutes la même valeur.

Le format que le séminaire prendra est double : il débutera en septembre 2015 et se déroulera à la fois comme un atelier de traduction et comme un séminaire de discussion en raison d’une séance de deux (ou trois) heures par mois (le jeudi après-midi a reçu les préférence des participants, consultés au moyen d’un doodle ad hoc). Il est prévu également que la première année du séminaire s’achève par deux journées d’étude en juin 2016. Que ce soit au cours de l’année ou à l’occasion des journées d’études qui seront organisées au mois de juin 2016, le séminaire réunira trois générations de chercheurs qui, au cours des derniers quarante ans, se sont intéressés au Peri ideôn d’Aristote et à son principal témoin, Alexandre d’Aphrodise.

Il est prévu que les communications présentées au cours de l’année et aux journées d’études seront publiées dans un ouvrage collectif (numéro thématique de revue ou actes de colloque). Ensemble, les séances de lecture et commentaire, les journées d’étude ainsi que la publication des contributions aux travaux du séminaire viendront combler une lacune importante dans le paysage des études d’Aristote et de la tradition aristotélicienne. De fait, il faut remonter assez loin pour retrouver une initiative semblable (en 2005-2007, à l’Université d’Edinburgh) et, surtout, il n’y a pas de numéro thématique de revues ou d’actes de colloques spécialement consacrés au sujet du séminaire.